Citation

L’allaitement au masculin

Un enfant se fait à deux, et vu le travail que c’est, ce n’est pas du luxe ! Du coup, je vous propose de découvrir le point de vue du papa ponctuellement sur différents sujets.

Et comme j’en ai déjà beaucoup parlé sur ce blog, je vous propose de voir l’allaitement sous l’œil du Papa.

Le choix de l’allaitement

« Moi de base, ayant eu beaucoup de soucis de santé avec les produits laitiers, j’envisageais difficilement de faire autrement que d’allaiter le petit. Même si c’est tout de même avant tout une décision que l’on doit prendre à deux, vu que Maman était d’accord on s’est tout de suite dit que c’est ce que l’on allait faire.

Je n’ai pas vraiment eu l’impression qu’il y ait eu de débat, ou de décision à prendre. C’était un choix naturel pour nous. »

 

La mise en place

« Je m’attendais à avoir une formation, des informations précises pendant la préparation à l’accouchement. Mais pas du tout. Nous avons fait des démarches pour aller à des réunions à ce sujet, mais nous n’avons pas appris grand-chose. Naturellement, j’ai tendance à vouloir faire en fonction de mon ressenti, donc c’est ce qu’on a fait.

Je trouve quand même dommage que nous n’ayons pas été plus informés de tous les problèmes qu’il pourrait y avoir. Si on avait eu plus d’informations, on aurait probablement eu moins de soucis. Comme les premières douleurs par exemple, les causes possibles de douleur (mycose), les différentes positions… »

 

Les galères

« Je ne me suis pas du tout senti mis à l’écart ou exclus de cette période de la vie du petit. Par contre je me suis senti extrêmement impuissant face à la douleur de la Maman, de ne pas pouvoir l’aider physiquement ou moralement.

Être réveillé par le petit qui a faim et voir la Maman en larmes face à la douleur, je ne me sentais pas très utile. Je ne l’ai pas forcément mal vécu, mais j’aurais vraiment aimé pouvoir l’aider, la soulager, l’aider à passer ce cap. »

Note de la maman : Je me suis sentie soutenue. Pas toujours avec les mots que j’aurais aimé, mais il m’a aidé à tenir bon.

 

Le biberon (de lait tiré)

« Donner le 1er biberon était un très beau moment de partage, je me suis senti très bien et j’étais très heureux de pouvoir le faire avec mon fils. Mais je ne trouve pas ça très naturel, alors je préfère voir mon fils accroché au sein de sa maman plutôt qu’accroché à un bout de plastique dans mes bras. Le fait que je ne me sens pas exclu ou mis à l’écart aide probablement à ce sentiment. »

 

L’allaitement « tardif »

« L’allaitement, je trouve ça beau. Je n’ai aucun problème à voir allaiter le petit. Par contre, la durée me gêne. La Maman veut allaiter jusqu’à ce qu’il en ait plus besoin. Autant jusqu’à 1 an je trouve ça pas gênant, autant 3-4 ans ça me gêne. Quand l’enfant est assez grand pour manger lui-même à la cuillère, je trouve ça bizarre de le voir ensuite accroché au sein 3 à 4 fois par jour.

J’ai déjà participé à des réunions entre mamans allaitantes, et je me suis sentie très mal à l’aise. Voir une mère donner le sein à une gamine de 5 ans qui n’était même pas la sienne j’ai trouvé ça extrêmement dérangeant. J’ai eu l’impression de rentrer dans une secte à laquelle on devait adhérer. Je me suis senti jugé quand je ne partageais pas leurs opinions, notamment sur les choix que nous avions fait pour l’allaitement de notre fils. »

 

Le poids et ne pas savoir la quantité donnée

« Ça, c’est toujours le problème. On fait, mais on ne sait pas si on fait bien. Le manque d’expérience et le manque d’information est assez déstabilisant. De manière générale, je fonctionne un peu sur le principe de : « On n’a pas le choix, il faut le faire. Donc même si on ne sait pas, on essaie, on rate, et on recommence ». Je ne vais pas psychoter et peser mon fils chaque jour pour savoir où on en est. Mais c’est assez frustrant et déstabilisant de ne pas savoir.

Je me base essentiellement sur la vigueur et l’éveil de notre fils plutôt que sur une graduation sur un biberon.

Etant donné que tout le monde nous rabâchait que ce n’était pas grave de perdre du poids, j’ai écouté ce qu’on nous a dit et je me suis dit que ça irait mieux. Ça allait mieux le mois d’après alors je ne me suis vraiment pas inquiété. Tout ce que l’on a fait pour faire remonter le poids, c’était principalement pour rebooster la lactation de la Maman. Du moment qu’on a compris les causes, on a tout mis en œuvre pour que ça marche et c’était top.

Je ne regrette rien de ce que j’ai fait, et de tout ce qu’on a fait à cette période. Surtout que maintenant il va très bien notre fils – même s’il aurait dû commencer la diversification plus tôt. »

 

Au global, l’allaitement ?

« Je ne regrette absolument pas, ça c’est sûr et certain. Je conseille, très clairement pour moi c’est bien meilleur à la santé pour le bébé que du lait industriel.

Après, c’est plus compliqué que ce qu’il n’y paraît. Autant chez certains, ça va couler de source. Autant chez d’autres, ça va être un vrai calvaire. Pour moi, si on n’est pas motivé à 200% à l’allaiter, il faut être prudent. Il ne faut pas se dire « ok je vais le coller au sein et ça va marcher direct ». C’est beaucoup plus épuisant pour la Maman que de faire des biberons, donc il faut que la Maman se sente prête à faire ça.

Donc je suis totalement pour, mais il faut être bien conscient de ce que ça implique et il faut garder le cap et resté motivé. Biberon ou allaitement, les deux ont des avantages et des inconvénients. »

 

Un dernier mot ?

« La première tétée est un moment magique, et je le conseille à tout le monde même si on ne veut pas allaiter pour la suite. En cas de doute, ça peut aider les parents à faire leur choix.

En tant que Papa, il ne faut pas être frustré de ne pas donner à manger à son fils. On a toute la vie pour ça, et il faut savoir parfois se mettre un peu en retrait pour le bien de son enfant parce que, pour moi, c’est encore la meilleure chose qu’il peut arriver à son enfant.

Maintenant qu’il a commencé la diversification, je suis heureuse de pouvoir donner à manger à mon fils. Même si je suis très heureux de voir la Maman continuer à l’allaiter. »

 

Pour le contacter

Vous pouvez discuter avec lui sur Twitter : @Akhiro

Laisser un commentaire