En passant

L’heure de la séparation a sonné

Je n’ai jamais souhaité être une mère au foyer. Cela ne me convient pas. Quand je reste seule chez moi, je finis par dépérir et ressembler à un roseau dans sa rivière. Vous allez me dire : « Tu n’es pas seule, tu as ton bébé ». Oui, c’est vrai, seulement les échanges avec lui sont encore très limités.

C’est donc avec plaisir que j’envisage de reprendre le travail, pas plus tard que dans 3 jours au moment où vous lirez ce billet. Pour cela, passage obligatoire dans un mode de garde pour bébé qui ne sait pas encore s’auto-gérer. Et chez nous, ce sera crèche !

Notre crèche

Elle est super ! Déjà, parce qu’elle est à 100m de mon travail, ce qui va me permettre de continuer l’allaitement (encore lui ?!). Ce n’est pas un avantage négligeable, bien au contraire. Sinon j’aurais dû tirer mon lait au travail et m’organiser pour la conservation etc. Là, on m’appelle, j’y vais, j’allaite, je retourne travailler. Je continue donc à stimuler ma production de lait, et en plus j’ai vu bébé pendant ma pause. Du deux en un !

Ensuite, parce qu’ils suivent en grande partie la méthode Montessori que j’essaie aussi d’appliquer à la maison. Pour moi, autonomiser l’enfant est important. J’y tiens, je souhaite pour lui qu’il grandisse en sachant faire beaucoup de choses pour ne pas se retrouver à 20 ans à devoir vivre encore à la maison s’il ne veut pas dépérir (j’exagère, évidemment). Trouver une crèche qui suit nos envies si près du taf, c’est le pied.

Et pour finir, ils vont bien respecter le régime alimentaire que l’on a envie de suivre pour le petit. Je ne rentrerai pas dans le débat, parce que ça n’a pas sa place ici et que ça mériterait un billet rien que pour ça.

 

Mes a priori

Et bien étrangement, je n’en ai pas. Je n’angoisse pas à l’idée de laisser mon enfant sans moi dans un endroit qu’il ne connait pas encore. Je n’appréhende pas de me séparer de lui une journée pour aller travailler. Je suis même contente qu’il voit d’autres enfants, un autre environnement, qu’il fasse ses propres expériences et ses propres découvertes, qu’il explore d’autres choses que ce qu’on peut lui proposer à la maison.

Ce qui – bien sûr – me fait culpabiliser. Parce que quand on devient une maman, tout le monde se sent d’humeur à nous « prévenir » de ce qu’il va arriver, comme si ça pouvait nous aider. « Ah c’est bientôt la crèche, tu verras c’est dur la séparation, surtout pour la maman. Mais bon on s’y fait ». Ah oui, merci. Au mieux, je m’en fiche, au pire je peux me créer une anxiété que je n’avais pas à la base puisque si les autres le vivent mal c’est qu’il doit y avoir une raison.

Et en l’occurrence, je culpabilise de ne pas ressentir cette tristesse de la séparation. Merci la société. Il faudrait que je parle de cette pression non voulue que l’on nous met, sans s’en rendre compte. Un autre jour. Je me demande si je suis une mauvaise mère, si c’est normal de ne pas appréhender, si j’aime suffisamment mon bébé, si… Bref, je culpabilise. J’ai presque honte de dire que je suis contente qu’il aille à la crèche, que c’est une occasion pour lui de voir du monde, d’apprendre de nouvelles choses. Bien sûr que j’ai des tas de nouvelles choses à lui apprendre, bien sûr qu’à la maison je prends tout le temps qu’il faut pour lui, pour jouer avec lui, pour le faire évoluer. Mais j’ai besoin de mon espace aussi pour être bien, pour me sentir épanouie. C’est mal ? Est-ce que cela fait de moi une mauvaise mère ? Je n’espère pas, et je n’y crois pas complètement. Mais … le doute existe quand même en moi.

 

L’adaptation, concrètement

Cette semaine donc, c’était adaptation.

1er jour : Je suis restée 2 heures avec lui là-bas. Je ne suis pas intervenue, je l’ai laissé comme si je n’étais pas là, à jouer avec les autres enfants. Il a beaucoup apprécié sa référente et s’est même endormi dans ses bras. Je crois que c’est bon signe ! Je me suis sentie tout à fait en accord avec l’idée de le laisser là.

2ème jour : Je suis restée 30 minutes avec mon petit, dont une tétée. Puis je l’ai laissé tout seul pendant 1h30. Tout s’est bien passé de son côté, je suis arrivée il dormait « comme un bébé » (lolilol). De mon côté, j’avais quand même hâte de le retrouver, et la petite boule au ventre qu’il y ait un problème. Mais non, tout allait bien. Et ça m’a fait du bien de me retrouver un peu seule sans avoir mon radar à bébé enclenché, même si c’était à la cafet du boulot.

3ème jour : Je suis restée 30 minutes le temps de l’allaiter, puis je suis partie. Il est resté 2h tout seul, en ayant faim à 16h. Du coup j’y suis allée pour le nourrir. Tout s’est bien passé si ce n’est qu’il n’a pas beaucoup dormi. Le temps de se caler j’imagine ! Mais ça va aller. Moi pas de boule au ventre en allant le chercher cette fois, et savoir que je le verrais à mes pauses pour l’allaiter aide beaucoup je pense. Un petit moment à deux, un câlin, et je repars travailler. C’est plutôt chouette !

4ème jour : Grosse matinée pour le petit, 9h, 13h. La tétée du matin s’est très bien passée et je ne suis pas angoissée à l’idée de le laisser là-bas. Elles sont vraiment adorables, toute douce, géniales quoi. Et moi ça me fait un bien fou de retrouver une activité d’adulte sans m’occuper de mon petit. Mine de rien, j’ai pas mal régressé ces derniers temps, seule à la maison avec le petit. On a beau sortir et voir du monde, le fait de l’avoir toujours avec soi n’aide pas.

5ème jour : 9h30 – 16h30. Enfin ça c’était le plan de base qui a été bousculé par une consultation en allaitement. Je vous raconte ça dans le prochain billet. Ca s’est bien passé ! Il a fait des siestes complètes, et c’est un bonheur de le retrouver pour une tétée. Bon je dis ça, mais je ne suis pas encore en condition réelle alors… on verra ça quand j’aurais commencé à travailler 😉

 

Bilan de cette semaine, je me sens épanouie et heureuse de trouver notre nouveau rythme. Je prends plaisir à récupérer mon petit bout d’chou le soir, et j’apprécie ces moments câlins ensemble ! Cela lui permet d’observer beaucoup de choses, de nouvelles façons d’agir, de marcher, de se déplacer, de s’exprimer. C’est vraiment chouette ♡

 

Bisous nouveaux,

Votre Lulucinda

 

Laisser un commentaire